LOUISIANE

Bourbon-Street new orleans

Bourbon Street

LOUISIANE et MISSISSIPPI

Il faut entrer en Louisiane en poussant la porte de l’histoire : les brumes du bassin de l’Atchafalaya, les méandres sans fin du Mississippi et le silence des bayous saisissent. La vie y est rythmée par la musique, l’art de la fête et le plaisirs de la table. Entrée dans l’Union des Etats Unis en 1812, surnommée Pélican State, la Louisiane fut le 18ieme Etat. On évoque, très facilement la Louisiane comme étant un pays voluptueux où l’on chante et danse, tout en suçant des pattes d’écrevisses mais surtout en laissant « le bon temps s’écoulé ». La France a bien sur laissée son empreinte et l’histoire de cette région nous le rappelle sans cesse : René Robert Cavelier, sieur de La Salle fut le premier à descendre le Mississippi jusqu’au golfe du Mexique en 1682, il réclama les terres irriguées par le fleuve et ses affluents au nom du roi de France le leur donna le nom de Louisiana. Il est vrai que, la Louisiane avec son ami le Mississippi fond bande à part au sein de l’Union des Etats Unis. Bayous, cyprès et orchidées, définissent le territoire de la Louisiane, immense marécage dans lequel se dilue le Mississippi River. Paysage unique où prolifère une luxuriante végétation semi-tropicale parmi la basse vallée fascinante du Mississippi. Tous les visiteurs se laisseront bercer par cette sensualité, cette joie communicative de vivre qui caractérisent la Louisiane. Le premier emplacement permanent des Blancs sur le Mississippi fut fondé en 1716 sous le nom de Fort Rosalie par les Français, il s’agit de la ville de Natchez. New Orléans vit le jour 2 ans plus tard et fut fondée par Jean Baptiste Le Moyne, sieur de Bienville pour être la capitale des territoires du Mississippi. Le Vieux Carré malgré son nom de French Quarter, évoqué plutôt l’architecture espagnole et, par son brassage ethnique témoigne de l’importance passée de l’esclavage. Les plantations du roi « Coton » : Rosedown – Nottoway – Greenwood – Oak Alley et sa célèbre allée de chênes centenaires, toutes ou presque ont gardé leur blancheur primitive sur les rives du Mississippi, formidable masse d’eau quasi immobile que, seules des péniches chargées, sillonnent et remplacent les bateaux à aubes qui, dans les années 30, représentaient la richesse du grand fleuve. L’économie repose sur la pétrochimie, l’aluminium et les industries de transformation alimentaires mais surtout sur le tourisme. La Louisiane attend les visiteurs afin de raconter sa résistance devant les ouragans et les tourbillons de son histoire. La capitale du jazz a su garder un bel esprit rebelle, indomptable avec une certaine lascivité à laquelle on associe la richesse culturelle et humaine d’une ville multiple, surprenante, unique et magique.